Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels
Se connecter
Sections
Vous êtes ici : Accueil Développeurs Groupes de travail LMDZ6 Comptes rendus des réunions LMDZ6 Point du 15/4/2015

Point du 15/4/2015

Bonjour à tous,

je n'ai pas vraiment de compte-rendu de la dernières réunion.
L'idée principale est qu'on (re)commence à avoir des simulations
à regarder.
On privilégiera dans un premier temps les simulations 17a
et 21b du tableau
http://dods.extra.cea.fr/store/aidel/IGCM_OUT/LMDZOR/DEVT/clim/HTML/Table_simulations_NPv5a.html


Quelques éléments d'analyse pour lancer les discussions
(et notamment pour réactiver les différentes listes mails)

Précipitation
-------------
On confirme ce qui a été dit à la réunion LMDZ6 : dans les
nouvelles simulations, la mousson africaine monte davantage au
nord et le rapport plul/pluc (entre pluie grande échelle et convective)
passe de ~30 à qq % dans les tropiques.
On est convaincu qu'il s'agit de deux excellentes nouvelles !!!!
Mais on voit aussi qu'on a des précipitations vraiment fortes en
moyenne zonale par exemple.
Ca n'a pas l'air d'être lié au bilan radiatif qui n'est pas trop
mal réglé dans certaines des simulations.
On va retester des choses qui contrôlent l'évaporation de surface :
* le f_cdrag_oce qu'on pourrait diminuer (qui vient en facteur de l'évap)
* un nouveau paramètre f_qsat_oce, qui vient en facteur de qsat
  dans l'expression de l'évaporation sur océan :
  E = rho Cd ||V|| ( f_qsat_oce * qsat(Ts) - q1 )
  pour rendre compte de la moindre capacité d'évaporation de l'eau salée.
Si vous avez d'autres idées à tester pour faire moins pleuvoir ...
A noter que cette surestimation de la pluie semble relativement
indépendante de la répartition plul/pluc, et de l'efficacité de
précipitation convective.

Nuages
------
On a deux mondes :
le monde avant de changer l'efficacité de précipiations,
  v4.12, v5.X avec X <= 17,
  on a pas mal de nuages bas et davantage sur les bord est des océans
  mais c'est encore un peu insuffisant dans l'ensemble. Notamment
  sur les bords est.
le monde où on revient à l'ancienne efficacité de précipitations
  (pour la convection).
  La convection précipite moins.
  On a beaucoup plus de nuages bas.
  Si on regarde les moyennes zonales, on a même la bonne quantité
  de nuages bas en moyenne zonale
  (regader le graphe Low-Level-Clouds-Cover-Caliop sur
http://dods.extra.cea.fr/store/aidel/IGCM_OUT/LMDZOR/DEVT/clim/NPv5.21b/ATM/Analyse/MoyZon/1981_1983/MoyZon_1981_1983.pdf)

La différence vient davantage en fait sans doute des paramètres
utilisées dans les nouvelle et ancienne version de l'efficacité :
dans l'ancienne, on ne précipite rien sous P_LCL-P_BCRIT
P_LCL=niveau de condensation
et on précipite une fraction epmax au dessus de P_LCL-P_TCRIT
avec une transition afine entre les deux.
Dans la nouvelle, c'est en gros la même chose mais avec des seuils
en température et en contenu en eau liquide critique.
(vous pouvez voir ce que donne un changement de ces paramètres
entre les versions  18b, 21a et 21b pour l'ancienne efficacité)


Tuning
------
On va proposer un nouveau retuning de la simulation 17a.
Le premier retuning (22a) est encore globalement trop chaud (Net trop
positif).
Ensuite on lancerait la 17c en couplé.
Puis on reréglera la 21b.

Nouveaux tests
--------------
Test de sensibilité à faire sur la 17c (=17a re-re-tunée)
avec le nom NPv5.17...
17cQsat : f_qsat_oce=0.98
17cDrag : f_cdrag_oce=0.6
17cRRTM : RRTM + SW2

----------Réponse de P.Braconnot------------------------

J'ai jeté un oeil très rapide et il y a effectivement des bonnes choses qui se pointent.
Mais il semble y avoir un "trou" dans l'atmosphère d'environ 2Wm2 entre nettop et bils pour 17c et plutot ?? pour 21b (dommage qu'il n'y ait pas le monitoring).
Un souci est surtout je crois qu'il pleut trop sur les océans et pas assez sur les continents. Un facteur de très  grande échelle à trouver (équator pole, interhémisphères, continent/océan)? pour éviter que le modèle ait peur des continents? Pb de données ou pb de modèles pour les régions polaires (ont l'air de perturber la répartition de masse et du coup quelques structures de grande échelle? ).

Sinon, bien entendu j'ai regardé rapidement les tests qsat et 0.6drag. mais dans les 17c le modèle est assez froid 12,5 °C, ca risque de faire des entrées en glaciation incontrolées en couplé...

C'était juste un premier coup d'oeil rapide. Le point est qu'avec le petit déséquilibre surface/sommet, il est difficile d'imaginer comment ca risque d'évoluer en couplé. Le 0.6drag en particulier va réchauffer SST (car moins d'évap), mais le risque est de déséquilibrer le gradient terre-océan en favorisant les pluies sur l'océan et "bye bye "moussoon.
Donc pour bien faire, il faudrait surtout réchauffer les températures continentales = Eurasie en été et bande tropicale-sub tropicale en hiver.

Un petit coup de yaka?

 

-------------------Réponse de C.Rio --------------------

Un papier qui discute de la sensibilité des precip aux paramètres de
tuning dans le modèle CAM5:
http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1002/2014MS000354/full

Ca pourrait nous donner d'autres idées à explorer!

 

Ajouter un commentaire

You can add a comment by filling out the form below. Plain text formatting. Comments are moderated.

Enter the word